vendredi 18 août 2017

Sept personnages

Sept personnages,

Fred Duval & Florent Calvez,
Ed. Delcourt, 2011


Mot de l'éditeur :

Paris, 1673, funérailles de Molière. Agnès est invitée par Alceste, Argan et Scapin, à rejoindre un groupe financé par Harpagon afin de découvrir qui a empoisonné l’illustre auteur. Agnès est dépositaire du secret qui permet de ressusciter Don Juan, le seul à pouvoir dévoiler le nom du septième personnage, celui qui, selon la légende, fera toute la lumière sur la vérité.



Dealer : Bibliothèque de Saint-Pol-de-Léon


jeudi 17 août 2017

Les courses

Les courses,

Russell Wangersky
Ed. France Loisirs, 2017


Mot de l'éditeur :

Agent de ménage dans un supermarché, Walt est presque invisible. Mais il observe tout le monde, surtout les femmes. Collectionnant les listes de courses jetées par leurs propriétaires, il imagine leurs vies. S’immisce dans leur quotidien quitte à les suivre de près. Manie bizarre ou obsession psychopathe ? Un thriller psychologique troublant qui sort des sentiers battus.
Attendez-vous à être surpris !



Dealer : SP France Loisirs

mercredi 16 août 2017

Roule petite pomme





 Roule petite pomme,

Marion Billet, Christel Denolle,
Ed. Nathan, 2017


Mot de l'éditeur :
Le premier livre à encastrement de bébé !
Une jolie pomme en bois à déplacer et encastrer dans chaque page, au fil de l'histoire.


Dealer : SP Nathan


mardi 15 août 2017

Vive la marée !

Vive la marée !

David Prudhomme & Pascal Rabaté,
Ed. Futuropolis, 2015


Mot de l'éditeur :

Madame enfile son maillot à l’abri de sa serviette avant de se faire bronzer "seins nus ou pas seins nus ? Allez, seins nus." Monsieur prépare son matériel de pêche tel un guerrier conquérant. Les enfants sont déjà dans l’eau, le chien à leur trousse, au matin on pense au repas du soir sans oublier de prévoir une case apéro. La plage est un formidable terrain de jeux où "les adultes rêvent et restent les enfants qu’ils ont toujours été", un observatoire de la trivialité humaine dans son plus simple appareil – ou presque. Prudhomme et Rabaté sont allés eux aussi à la mer. Avec un grand souci du détail, ils orchestrent un ballet d’estivants en déroulant autant de figures typiques. Un portrait chorale drôle, tendre, qui gratte à peine. Comme du sable dans les sandales.


Dealer : Bibliothèque de Saint-Pol-de-Léon


lundi 14 août 2017

Derrière la haine

Derrière la haine Barbara Abel Pocket avis chronique critique blog thriller Belge

Derrière la haine,

Barbara Abel,
Ed. Fleuve Noir, 2012
Ed. Pocket, 2013


Mot de l'éditeur :

D’un côté il y a Tiphaine et Sylvain et de l’autre il y a Laetitia et David. Voisins du même âge, partageant les mêmes passions et la même conception de la vie, les deux couples sont devenus inséparables et, malgré la mince cloison qui les sépare, on peut dire qu’ils vivent joyeusement les uns avec les autres. Une amitié fusionnelle tout naturellement renforcée quand deux petits garçons viennent au monde pour enchanter les maisons. Maxime et Milo naissent la même année, grandissent ensemble, comme deux jumeaux qui le soir venu rentreraient dormir chez leurs parents respectifs. Mais ce tableau idyllique éclate violemment le jour où Laetitia est témoin d’un tragique accident qui coûtera la vie au petit Maxime, le garçon de ses voisins. Hantée par la culpabilité de n’avoir pas pu aider l’enfant et par la douleur d’avoir perdu un être qu’elle aimait comme un fils, Laetitia commence à s’inventer des histoires, aveuglée par la douleur. Tiphaine lui en veut, elle va se venger, elle projette de tuer Milo qui lui rappelle chaque jour l'enfant qu'elle a perdu. Laetitia a tellement peur de perdre son enfant, de vivre ce qu’à vécu Tiphaine… La paranoïa l’isole du reste du monde et elle ne comprend pas que c’est peut-être elle qui est en train de tuer son fils, à petit feu…


Dealer : Swap de Juin 2016 ;)


Ma lecture :

J'avais hâte de découvrir ce thriller, la couverture est, je trouve, très attirante.

Voici donc l'histoire de deux familles voisines : Laetitia et David d'une part, Sylvain et Tiphaine de l'autre. Les couples ont sensiblement le même âge et sympathisent rapidement. Chaque foyer s'agrandit à trois mois d'intervalle pour donner naissance à Milo d'un côté, et Maxime de l'autre. Les deux enfants s'entendent comme des frères, ce qui renforce l'amitié entre les deux familles.
Le lecteur se laisse porter par cette belle histoire de voisinage presque idyllique. Et c'est le drame... Un après-midi, alors que Laetitia profitait du soleil dans son jardin, elle aperçoit Maxime, fiévreux, à la fenêtre ouverte de sa chambre. Elle craint le danger et alerte Tiphaine en sonnant à la porte. Lorsque les deux amies arrivent dans la chambre... Vide. Maxime meurt sur le coup. Sylvain et Tiphaine sont évidemment dévastés ; David, Laetitia et Milo aussi. A partir de ce moment douloureux, plus rien ne sera pareil entre les deux familles. Jalousies, douleurs, suspicions, malaises puis sentiments haineux envahiront leur amitié.

Le roman ne s'arrête pas là, bien au contraire, et prend à la fin une tournure tout à fait inattendue et particulièrement réussie. Le manque de profondeur de certains personnages peut agacer pendant le lecture, mais le fin les met en abime. Le thème de la mort d'un enfant peut être difficile pour certains, surtout ici, allié à la paranoïa. C'est un vrai thriller psychologique qui prend aux tripes et dont on peut ne pas ressortir indemne !
A conseiller, vivement, aux amateurs du genre !



vendredi 11 août 2017

On a pas des vies faciles

On a pas des vies faciles,

François Duprat,
Ed. Le cycliste, 2007


Mot de l'éditeur :

La vie pas toujours facile de jeunes auteurs de BD. Capuchman a bien du mal à réaliser les BDs qu'il voudrait faire. Alors en vivre, n'imaginons même pas la chose. D'autant plus quand tout le monde autour de lui le regarde comme une bête bizarre dès qu'il avoue que son métier est dessinateur de BD. Heureusement, il y a les copains de l'atelier BD dans lequel il a été accepté et où ils travaillent en chœur.





Dealer : Bibliothèque de Saint-Pol-de-Léon


jeudi 10 août 2017

Pouquoi les oiseaux meurent

Rentrée Littéraire 2017



pourquoi les oiseaux meurent Victor Pouchet Finitude Rentrée Littéraire 2017 Premier Roman avis critique chronique blog

Pourquoi les oiseaux meurent,

Victor Pouchet,
Ed. Finitude, 2017

Mot de l'éditeur :

Il est tombé des oiseaux en Haute-Normandie.
Il a plu des oiseaux et manifestement tout le monde s'en fiche. À peine quelques entrefilets dans la presse locale. Seul un jeune Parisien, histoire d'échapper à sa thèse, se passionne pour le phénomène. D'autant que c'est arrivé dans le village où il a grandi.
Il fouille, il cherche, il enquête. Les pistes se multiplient, toutes plus inattendues et extravagantes les unes que les autres. Il descend la Seine à bord d'un bateau de croisière, tombe amoureux, se découvre des alliés, des ennemis, s'invente une famille et tente de mettre un peu d'ordre dans ses notes et dans sa vie.
Victor Pouchet signe un premier roman malicieux, il propose un river-trip normand comme d'autres un road-trip californien.




Dealer : SP Anne&Arnaud


mercredi 9 août 2017

Les albums de Christian Voltz

Christian Voltz Rouergue Ecole des Loisirs Bayard Belles Histoires illustrations jeunesse avis chronique blog


La maîtresse de la classe de Maternelle de mon fils
m'a prêté cinq albums de...
Christian Voltz.


Sacré Sandwich, L'école des loisirs
Toujours rien, Le Rouergue
C'est pas ma faute, Le Rouergue
Dis Papa, pourquoi, Bayard (Belles Histoires)
Les trésors de Papic, Bayard (Belles Histoires)

mardi 8 août 2017

Nos adorables belles filles

Nos adorables belles filles,

Aurélie Valognes,
Ed. Michel Lafon, 2016
Ed. Livre de Poche, 2017 sous le titre "En voiture, Simone !"


Mot de l'éditeur :

Pour une comédie familiale irrésistible, il vous faut :
Un père, despotique et égocentrique, Jacques.
Une mère, en rébellion après 40 ans de mariage, Martine.
Leurs fils. Matthieu éternel adolescent mais bientôt papa de trois enfants. Nicolas, chef cuisinier le jour et castrateur tout le temps. Alexandre, rêveur mou du genou.
Et surtout... trois belles-filles délicieusement insupportables !
Stéphanie, mère poule angoissée. Laura, végétarienne angoissante. Jeanne, nouvelle pièce rapportée, féministe et déboussolée, dont l'arrivée va déstabiliser l'équilibre de la tribu.
Mettez tout le monde dans une grande maison en Bretagne. Ajoutez-y Antoinette, une grand-mère d'une sagesse (bien à elle) à faire pâlir le Dalai Lama, et un chien qui s'invite dans la famille et dont personne ne veut. 



Dealer : Prêté par ma voisine :)


lundi 7 août 2017

La vie sauvage

Rentrée Littéraire 2017


La vie sauvage,

Thomas Gunzig,
Ed. Au Diable Vauvert, 2017




Mot de l'éditeur :

Bébé rescapé d’un accident d’avion, Charles grandit dans la jungle africaine.
Retrouvé par hasard le jour de ses seize ans et ramené à sa famille, il va découvrir les misères de la civilisation dans une petite ville du nord de l’Europe. La rage au ventre, il mettra tout en œuvre pour retourner d’où il vient et où l’attend l’amour de sa vie.
Un magnifique roman d’amour, classique et drôle, lyrique et cruel, sombre et optimiste.


Dealer : SP Anne&Arnaud


Précédentes Accueil